Nous écrire Liens Annonces judiciaires & légales Appels d'offres Accueil
> ENQUETE D'EMPLOI
> ENTREPRISES
> ECONOMIE
> AGRICULTURE
> PECHE
> CULTURE
> MER ET LITTORAL
> INSTITUTIONS
> UN BOUT DU MONDE
> VILLES
Les atouts de Concarneau
Douarnenez garde la pêche!
Brest s'offre un nouveau quartier
Brest, métropole de l'Ouest
Brest : ses journaux de quartier
Brest libérée : 18 septembre 44
Morlaix bâtit son avenir
La C.U.B
Quartier Saint Martin à Brest
Pays Fouesnantais
Lambézellec
> PORTRAITS
> FAITS DE SOCIETE
> SUPPLEMENTS
> ABONNEZ-VOUS !
IMPRIMER Dernière mise à jour: 18/11/2011
> Accueil > VILLES > La C.U.B

Cub : Brest métropole océane
Pour ses trente ans, la Communauté urbaine de Brest rafraîchit son logo et change de nom. Ce dernier confirme la place et les ambitions métropolitaines de la plus grande ville du Finistère.

On n’a pas tous les jours trente ans. Pour marquer ses trois décennies, la communauté urbaine de Brest organisait une journée spéciale le 6 novembre. Ponctuée d’échanges au Quartz, elle s’achevait par une soirée au parc de Penfeld à laquelle participaient de nombreux agents de la communauté, actifs comme retraités. Il existe 14 communautés urbaines en France. Elles rassemblent 1 % des communes (355) et 6 millions d’habitants. Cela fait une commune sur cent, mais un Français sur dix ! La communauté urbaine est la formule d’intercommunalité la plus aboutie. La loi ne l’admet aujourd’hui que pour les agglomérations de 500 000 habitants. Brest était une des pionnières en 1974. Georges Lombard, le fondateur, présent, a évoqué " l’exaltation " des premiers temps, mais aussi " la bagarre " qui fut nécessaire pour mettre tous les maires d’accord. " Le destin n’est pas inscrit dans les astres. Il a fallu une volonté forte, de la foi, de la patience. Pour faire avancer l’idée de communauté, les contacts entre les hommes ont été les plus importants. Quand ceux-là veulent quelque chose et souhaitent aller jusqu’au bout de leur action, aucun obstacle ne leur résiste. Ce qui était vrai hier le reste aujourd’hui. "

S’allier pour se développer
" Une communauté urbaine ne se développe qu’en alliance avec ses communautés voisines ou d’autres métropoles ", a affirmé de son côté Olivier Landel, délégué de l’association des communautés urbaines de France. Et Pierre Maille, ex-président, en est convaincu depuis longtemps. L’un des mots clés de son intervention a d’ailleurs été " alliance ". " Par rapport à d’autres intercommunalités, la Cub a la chance de ne pas être un cartel de villes défendant leur propre intérêt, mais une véritable institution d’agglomération au service de la pointe occidentale de Bretagne. Son rôle de métropole est justifié par le poids démographique, la volonté de ceux qui y vivent, et sa position. À 250 km de Rennes et de Nantes, elle a naturellement un rôle à jouer. "

" Cette alliance est nécessaire pour renforcer l’attractivité, et mettre en réseau tout ce qui peut l’être encore. Elle est mise en œuvre aussi avec des villes étrangères, comme au sein du pays de Brest. " En 1995, la création de l’association des présidents de communautés de communes encourageait " le dépassement du clivage traditionnel ville campagne "…

Vers d’autres évolutions
L’actuel président, François Cuillandre, salue le fait que la Cub ait su, au fil de ces trente ans, " conserver sa conviction : le service public, quelle que fut sa couleur politique. " Il entend poursuivre la tâche engagée par ces prédécesseurs. Alors qu’il exerce son mandat, des nouveaux champs émergent ou se consolident dans les compétences des communautés urbaines ; ainsi, dans les domaines du sport et de la culture. Selon lui, c’est logiquement à l’échelle de l’agglomération qu’il convient d’envisager le projet d’un nouveau stade de foot, justement à l’ordre du jour. Et pourquoi ne pas envisager à terme un réseau de bibliothèques ou d’écoles de musique communautaires ? " Certaines compétences méritent d’évoluer encore. Ceci dit, nous avons déjà transféré beaucoup de compétences. Aujourd’hui, il faut digérer. Tout en restant soucieux parallèlement de coordonner les actions à l’intérieur du Pays de Brest, par le biais du Scot ", le schéma de cohérence territorial, qui épouse les mêmes frontières.
Monique Férec

 

Pierre Mauroy

" Pas assez de métropoles en France "

Pierre Mauroy, ancien premier ministre et président de l’association des communautés urbaines de France, convié à cette journée, a salué " le nom évocateur de Brest métropole océane " et s’est fait un défenseur toujours audacieux de l’intercommunalité. Il sait de quoi il parle, lui qui fut durant trente ans maire et président de la communauté urbaine de Lille. Quand il est arrivé aux commandes de cette agglomération, le Pas-de-Calais était dans " une situation terrible " : il fallait fermer les hauts fourneaux, entre autres. Dans ce contexte, " il revenait à la communauté urbaine d’ouvrir des voies de développement ". Pour l’ancien premier ministre, les communautés urbaines sont des " développeurs ", dans le cadre d’une décentralisation qui mettait fin, dès les années 80 à un système de tutelle qui datait des rois ! Même si cela ne suffit pas, " elles restent un merveilleux réseau pour relancer l’économie. La France doit jouer le développement des villes. "

Et Pierre Mauroy veut aller plus loin : " Il est grand temps de les reconnaître comme des collectivités de plein exercice en leur appliquant enfin le suffrage universel direct. " Il invite l’état à " respecter les collectivités. Ce sont elles qui apportent le plus d’investissement au pays. " Il regrette le nombre trop faible de métropoles en France. " Il y en a seulement trois qui dépassent le million d’habitants : Lyon, Lille et Marseille. C’est trop peu, il devrait y en avoir 7, 8. Nous sommes dans une Europe des métropoles : regardez l’Espagne, la Belgique ou les Pays-Bas. " L’ancien ministre insiste : " La France reste un vieux pays terrien. Il y a en France 36 000 communes, dont certaines n’ont même pas les ressources nécessaires pour goudronner la route qui conduit à leur cimetière ! On n’a pas voulu toucher aux communes, qui sont le territoire sacré des paroisses. C’est dommage. " Mais il faut faire avec. " En établissant des liens entre les intercommunalités et elles. Avec le département aussi, qui a sa place. "

Pierre Mauroy plaide enfin pour " une fonction publique unique ". Aujourd’hui, la filière fonction publique d’état reste différente de la territoriale.

 

Flash-back

1973. Création par décret de la Communauté urbaine de Brest. Compétences : urbanisme, transports urbains, eau, assainissement, ordures ménagères, voirie, espaces verts…

1989. Le maire de Brest devient président de la Cub.

1993. La Cub devient compétente en matière de développement économique du territoire, et entame un dialogue avec les communautés de communes voisines.

1996-2001. Mise en commun des ressources humaines, archives ; régie bâtiment…

2000. Taxe professionnelle unique. Nouveaux transferts à la Cub de services ou équipements d’intérêt communautaire : le Quartz, la patinoire, le parc de Penfeld, la Recouvrance, le centre médico-sportif, la future salle des musiques actuelles, les piscines, les musées conventionnés avec l’état, l’école nationale de musique et le Simurel, les centres nautiques, les offices de tourisme, la maîtrise d’œuvre du Contrat de ville, les maisons de l’emploi, la mission locale… Les parcs de stationnement, la lutte contre la pollution de l’air, la gestion des espaces naturels sensibles entrent dans le giron Cub.

2001. Pilotage commun Ville-Cub au niveau de la Direction générale.

Les communes transfèrent par ailleurs à la Cub la compétence en matière d’espaces verts (en cours).

2003. La réflexion sur les services communs s’étend aux autres communes de la Cub, notamment sur les questions de formation et de sécurité des équipements accueillant du public.

Les contrats de pays et d’agglomération sont signés.

2004. D’autres services fusionnent : patrimoine/logistique, administration, services intérieurs.

 

Regards croisés
Lors d’une table ronde, plusieurs personnalités ont confronté leur vision du territoire. Regards croisés, extraits.

Jean-Jacques Raub, chef d’entreprise. " Le dénigrement de la ville est derrière nous. On parle de Brest à l’extérieur, cela n’a pas toujours été le cas. " Sa devise : " toujours debout, efforts et droiture ".

Charles Kermarrec, patron de Dialogues. " Pour ma part, je n’ai jamais vu de frontière entre Brest et son arrière-pays. C’est une ville ouverte. Ici, les apparences ne comptent pas. C’est que l’essentiel est ailleurs. Le climat ? il est très bien ! Son souhait : un TGV plus rapide, et un musée digne de ce nom. " Sa devise : " commencer, continuer, finir ".

Nathalie le Bozec, ingénieur directrice adjointe de l’Institut suédois de la corrosion. À 33 ans, cette Morbihannaise a adopté Brest il y a dix ans. C’est une adepte de musique et de danse bretonne. Son souhait : " des pistes cyclables, des transports urbains plus aisés ".

Gilbert Bellec, directeur de la communication de DCN. " On ne pourra pas revivre le Brest d’avant. Il faut se projeter dans l’avenir. " Une devise : " Les Brestois sont les marins de la terre ".

Edmond Monange, historien. " Ce qui caractérise Brest, c’est l’ouverture vers d’autres horizons. Elle est incarnée par la communauté urbaine. Il y a une fierté à être brestois. Un renversement des mentalités s’est produit. Mon souhait ? Un port scientifique ". Une devise : " Brest debout ".

Annick Cléach, première vice-présidente de Brest métropole océane est satisfaite de cette nouvelle appellation. " Le nom Cub avait une connotation un rien technocratique… Une communauté urbaine est une force d’entraînement sur un territoire. Entre ses compétences obligatoires et facultatives, Brest a celle qui a fait le plus de chemin. "

 

30 ans, cinq présidents

1974 : Georges Lombard.

1977 : Jo Gourmelon.

1981 : Francis Le Blé.

1982 : Pierre Maille.

1983 : Georges Lombard.

1989 : Pierre Maille.

2001: François Cuillandre.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © HEBDOMADAIRE DU FINISTERE 2004
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de la licence de droit d'usage,
en accepter et en respecter les conditions.
Conception et réalisation : Equilibre communication
Support technique : Webgazelle