Nous écrire Liens Annonces judiciaires & légales Appels d'offres Accueil
> ENQUETE D'EMPLOI
> ENTREPRISES
> ECONOMIE
> AGRICULTURE
> PECHE
> CULTURE
> MER ET LITTORAL
> INSTITUTIONS
> UN BOUT DU MONDE
Pointe du Raz
Le Cap Sizun
Bénodet
Port-la-Forêt
Pouldreuzic
Le Guilvinec
Quimperlé
Pont-Aven
Beg-Meil
Port-Launay
Ile de Sein
Douarnenez
Camaret
L'Aven
L'Aulne
De Bertheaume à Saint-Mathieu
Plouescat
Locquirec
Plougastel-Daoulas
Saint-Thégonnec
Guissény
Le Drennec
Saint-Pol de Léon
Roscoff
Hanvec
Le Conquet
Brasparts
> VILLES
> PORTRAITS
> FAITS DE SOCIETE
> SUPPLEMENTS
> ABONNEZ-VOUS !
IMPRIMER Dernière mise à jour: 18/11/2011
> Accueil > UN BOUT DU MONDE > Locquirec

Locquirec, station balnéaire de charme
A la limite du Finistère et des Côtes-d’Armor, Locquirec et ses neuf plages de sable fin propose un éventail appréciable de randonnées, en campagne ou en bord de mer.

Sur la plage du port de Locquirec, une quinzaine de gamins chahutent sur les trampolines du Club des mouettes. Ici, les petits vacanciers respirent l’air de la mer tout en s’amusant, pendant que leurs parents découvrent la station balnéaire, " la première sur la route des vacances des Parisiens ", d’après Daniel Boissay, président de l’office de tourisme. Au port, plus de 300 bateaux de plaisance mouillent ici et là, et les voiles colorées des catamarans de l’école de voile se faufilent péniblement entre les coques. En ce début de matinée, les amateurs de pêche rejoignent leurs petites embarcations, et s’apprêtent à titiller le poisson. Pas de chalutier en vue : le seul encore rattaché à Locquirec est déjà en mer. Sur le môle qui s’avance dans la baie, les touristes sont déjà nombreux. Il faut dire que la population de Locquirec décuple chaque été avec l’arrivée des visiteurs ! Beaucoup reviennent d’une année sur l’autre, séduits par le petit port convivial et ses multiples balades, entre terre et mer. D’ailleurs, avant le déjeuner, quoi de mieux qu’une promenade pour s’ouvrir l’appétit ?

Un idéal touristique
Au départ du port, le sentier de randonnée, dit du tour de la pointe, chemine à travers les ruelles du bourg et dépasse l’église Saint-Jacques, en partie construite aux XIIe-XIIIe siècles. Il contourne alors le majestueux Grand hôtel des bains, rendu célèbre par le film L’hôtel de la plage, qui y a été tourné en 1977. Surplombant la plage de la Roche tombée, l’hôtel a fortement participé au développement de la commune, notamment l’hiver où il continue d’accueillir une clientèle touristique assez aisée. Derrière, le sentier atteint le bord de mer et longe les plages du Bilou et de la Palud, jusqu’à la Pointe du château. En face, les cormorans de l’Île verte plongent inlassablement dans l’eau limpide et on aperçoit au loin les côtes de Trébeurden et de l’Île Grande. La Côte de granit rose est toute proche, mais ici, c’est le schiste de Locquirec qui règne en maître. Exploitées pendant plusieurs siècles, les carrières de la presqu’île sont aujourd’hui abandonnées, mais la roche bleue-verte est encore visible dans tout Locquirec, essentiellement sur les toits des maisons anciennes (voir ci-contre).

Le tour de la Pointe du château terminé, le circuit de randonnée continue encore sur de nombreux kilomètres. Très vite, il rejoint le sentier des douaniers qui longe toute la presqu’île et ses plages de sable fin : Pors ar Villiec, les Sables blancs, le Moulin de la rive. Il s’entremêle alors avec d’autres circuits, qui poursuivent vers la plage de Poul Rodou et la pointe de Beg an Fry, ou vers l’intérieur des terres, découvrant ainsi le petit patrimoine (four à bois, lavoir, chapelle, moulin…). Mais certains préfèreront sans doute s’arrêter là, sur la plage de Pors ar Villiec. Au programme : pique-nique, sieste et bain de mer.
Virginie Le Pape

 


Caplan & Co, plage de Poul Rodou

Dressé face à la mer non loin du sentier des douaniers qui contourne la presqu’île de Locquirec, le Caplan & Co à Guimaëc attend les promeneurs. Avec ses couleurs vives - rose, vert et jaune- la maison apparaît chaleureuse et accueillante. Autrefois simple bar, le Caplan a retrouvé une seconde vie il y a onze ans, avec l’arrivée de Lan et Caprini. Tous deux issus du milieu de l’édition, ils décident d’intégrer les livres à ce décor convivial de bord de mer, créant ainsi le premier café librairie de Bretagne. Aujourd’hui très fréquenté, tant par les touristes que par les Trégorois, le Caplan abrite un nombre considérable de bouquins, entre monuments incontournables de la littérature, œuvres moins connues et nouveautés en tous genres. Les enfants sont également les bienvenus, puisqu’un espace leur est réservé. Ouvert tous les jours (sauf le mardi) de 12h à 22 h, le Caplan est sans doute l’endroit idéal pour une pause détente, à la fois littéraire et désaltérante.
V.L.P.

 

En mémoire des carrières de schiste

Née il y a 600 millions d’années, la pierre de Locquirec, savant mélange de sédiments marins et de produits volcaniques, a subi au cours de son histoire différentes transformations chimiques, qui lui ont donné cet aspect schisteux fin et régulier, parsemé de felspaths et de feuillets de mica. Ici, tout le monde reconnaît aisément cette pierre bien particulière, puisque seule la ville de Locquirec a exploité la roche, pourtant présente de Lanmeur à Tréguier. Déjà à l’Age de bronze, les hommes s’en servaient pour fabriquer les caveaux funéraires, mais très vite, on s’est aperçu de ses qualités fonctionnelles et esthétiques. L’exploitation intensive du schiste de Locquirec a donc débuté au XVIIe siècle, pour ne cesser qu’au début du XXe. Situées sur les côtes de la presqu’île, mais aussi sur l’estran, les carrières sont alors nombreuses et tournent à plein régime. La roche est extraite à la pioche, puis à la dynamite. Elle est acheminée par bateaux, notamment jusqu’à la région du Mont-Saint-Michel, où sa couleur bleue-verte bien particulière est appréciée. On l’utilisait alors pour l’édification des manoirs ou monuments religieux, mais aussi pour la couverture et les dallages des maisons particulières. D’ailleurs, elle est encore visible sur les toits des maisons anciennes de Locquirec. Mais aujourd’hui, les carrières de schistes sont abandonnées et envahies par la végétation. Cette pierre se fait de plus en plus rare. Pour ne pas oublier cette partie de l’histoire de la commune, les élus vont faire un geste symbolique : une stèle sera dressée fin juillet à la Pointe du château, à l’emplacement exact d’une ancienne carrière.
V.L.P.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © HEBDOMADAIRE DU FINISTERE 2004
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de la licence de droit d'usage,
en accepter et en respecter les conditions.
Conception et réalisation : Equilibre communication
Support technique : Webgazelle