Nous écrire Liens Annonces judiciaires & légales Appels d'offres Accueil
> ENQUETE D'EMPLOI
> ENTREPRISES
> ECONOMIE
> AGRICULTURE
> PECHE
> CULTURE
> MER ET LITTORAL
> INSTITUTIONS
> UN BOUT DU MONDE
Pointe du Raz
Le Cap Sizun
Bénodet
Port-la-Forêt
Pouldreuzic
Le Guilvinec
Quimperlé
Pont-Aven
Beg-Meil
Port-Launay
Ile de Sein
Douarnenez
Camaret
L'Aven
L'Aulne
De Bertheaume à Saint-Mathieu
Plouescat
Locquirec
Plougastel-Daoulas
Saint-Thégonnec
Guissény
Le Drennec
Saint-Pol de Léon
Roscoff
Hanvec
Le Conquet
Brasparts
> VILLES
> PORTRAITS
> FAITS DE SOCIETE
> SUPPLEMENTS
> ABONNEZ-VOUS !
IMPRIMER Dernière mise à jour: 18/11/2011
> Accueil > UN BOUT DU MONDE > Roscoff
Roscoff, corsaire de cœur
Avec la palette de charmes de sa station balnéaire, Roscoff a tout d’une cité de caractère.

De la chapelle Sainte-Barbe, amer blanc pour les marins, Roscoff apparaît tel un joyau. Dans son port d’échouage, les voiliers arborent leurs mâts avec, en arrière plan, les anciennes demeures de la ville en pierres de taille. Dans ses ruelles bordées de lucarnes classées, le visiteur pénètre le bruissement de l’activité locale.

Se baladant sur l’estacade, où embarque le bateau pour l’Ile de Batz, le grand large l’appelle. Le sifflement du vent dans les accastillages évoque le hululement d’oiseaux exotiques. On imagine la traversée des " Johnies ", ces jeunes cultivateurs qui partaient par centaines en Angleterre vendre leurs chapelets d’oignons rosés. Descendants de leurs goélettes, les ferries d’aujourd’hui contribuent fortement à l’essor de l’économie. Le long du port, Jeanne et Soazic partagent leurs souvenirs, elles qui ont travaillé plus de vingt ans sur ces gros navires.

Survolant de leurs cris les vieilles bâtisses, mouettes et goélands semblent protéger la ville. Comme pour les encourager, Agnès et Michel leur lancent une collection de pains rassis. Dessinant une chorégraphie, les oiseaux de mer viennent presque dans leurs mains attraper goulûment ces quignons. Venant de Lyon chaque année, ces " amoureux profonds de la Bretagne " décernent sans hésiter à Roscoff le titre " d’endroit le plus beau du monde ". A la recherche de sensations fortes, ils y apprécient plus que tout " les jours de tempêtes et de gros temps ".

D’autres choisissent des cures plus tranquilles en thalassothérapie. Face à la mer, Roc’hroum est le premier centre du genre créé en France, à la fin du XIXe. A la carte, les séjours vont dorénavant d’un après-midi à plusieurs semaines. Il faut dire qu’avec 800 types d’algues, la baie roscovite est la région la plus concentrée de la planète en végétaux marins. Pour tout connaître de leurs richesses, le Centre de découverte des algues ouvre ses portes.

Près de là, une centaine de scientifiques pratiquent la recherche fondamentale à la station de biologie marine du CNRS. Le curieux apprend leur toute dernière découverte : le sang d’un ver marin peut se substituer à celui de l’homme ! Dans un bâtiment vétuste à l’odeur de mer, les bacs d’eau salée contiennent homards, oursins et étoiles de mer chatoyantes. Mais il est interdit d’y plonger le doigt, au risque de dénaturer les expériences des jeunes étudiants de la station.

Pour se tremper, et pas que la main, les estivants choisissent leur plage en fonction du vent : Perharidy s’il vient de l’est et Traon-Hir s’il est d’occident. Sur la promenade, les rues sont progressivement refaites avec de beaux trottoirs, les fils électriques enfouis sous terre et les panneaux " découverte du patrimoine " se multiplient. Grâce à ces travaux, Philippe Leroy, directeur de l’office de tourisme, espère que la ville obtiendra prochainement le label " cité de caractère ".

Dans l’église entièrement restaurée en 2001, la musique sacrée invite au recueillement les auditeurs en tee-shirts marins. Sous sa voûte en coquille de bateau renversé, le concert classique du soir rencontre un vif succès. Alentour, les terrasses des cafés et crêperies ne désemplissent pas jusqu’à une heure avancée. Les nuits animées de Roscoff attirent, elles aussi !
Jacques Perrot

 

Les korrigans sont gourmets !

Pour se délecter en admirant le coucher du soleil sur le vieux port, rien de tel qu’un détour par la mythologie bretonne ! Pour entrer " Aux korrigans ", il faut passer une porte à l’affiche colorée de Breizh Cola. Les hôtes de ce lieu, François et Isabelle Abjean, ont ouvert leur crêperie-restaurant il y a déjà seize ans alors qu’ils en avaient seulement quarante à eux deux ! Mais la valeur n’attend pas le nombre des années et leur établissement est mentionné dans les guides du Routard et Pudlo. Depuis 2002, ils ont même rejoint deux grands noms de Roscoff dans les pages du Hachette. Mais pour eux, gastronomie continue de rimer avec modestie personnelle.

En cuisine, François adore travailler le poisson, très frais, qu’il désarête en filet. Pour accompagner le lieu jaune du jour, le chef-cuistot sait également mettre en valeur les produits locaux : échalote, oignons, courgettes proviennent de la campagne roscovite. En salle, Isabelle rend l’ambiance chaleureuse et conviviale. Les habitués ne s’y trompent pas, comme cet homme aux cheveux blancs pour qui " la galette de sarrasin aux noix de St-Jacques est la meilleure de la région ".
J.P.

Droits de reproduction et de diffusion réservés © HEBDOMADAIRE DU FINISTERE 2004
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de la licence de droit d'usage,
en accepter et en respecter les conditions.
Conception et réalisation : Equilibre communication
Support technique : Webgazelle